C'est totalement gratuit !

* = Champ requis


Pour rester informé(e) des dernières actualités de l’IT belge francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s’abonner ?

Manuels scolaires numériques: la grande prudence des éditeurs belges

Actualités
Par · 01/07/20131 à 08:332

Sommaire

  1. La Belgique francophone en retard d’une guerre? Posté par Brigitte Doucet, 01/07/1313 "e-manuels": la Belgique francophone en retard d’une guerre? Ecole primaire - enfant devant écran, enseignement “Les éditeurs belges en sont encore largement à l’ère du média imprimé”, témoigne Saskia van...
  2. Fédé Wallonie-Bruxelles: marché trop exigu? Posté par Brigitte Doucet, 28/06/1313 Fédé Wallonie-Bruxelles: marché trop exigu? tablette école - livre numérique Actuellement, le marché local en matière de manuels numériques est toujours réduit à sa plus...
  3. Edition scolaire numérique: par où commencer? Posté par Brigitte Doucet, 28/06/1313 Edition scolaire numérique: par où commencer? e-book liseuse La réflexion est en cours, chez tous les éditeurs, pour déterminer quelles matières, quelles collections...
  1. Modèle économique et calendes grecques Posté par Brigitte Doucet, 28/06/1313 Modèle économique et calendes grecques http internet La question de l’opportunité économique, de la transition papier-numérique, de la rentabilisation d’une activité nouvelle-...
  2. Edition numérique: le rôle des différents acteurs Posté par Brigitte Doucet, 28/06/1313 Edition numérique: le rôle des différents acteurs Edition-publication nuage de mots Générer des contenus pédagogiques, sous forme numérique, semble désormais être à portée d’une multitude d’acteurs:...
Partager

En Belgique et, plus particulièrement encore, en région francophone du pays, les manuels scolaires numériques sont encore quasiment aux abonnés absents. Les éditeurs commencent seulement à s’y intéresser. Lisez: à consentir les premiers investissements. Mais de manière prudente, se limitant à certaines collections, limitant le contenu à des formes qui n’impliquent pas trop d’investissements.

Le contraste est flagrant avec d’autres pays, et pas uniquement anglo-saxons. Les éditeurs français, par exemple, se sont déjà positionnés sur ce marché. Pas toujours avec des résultats (financiers) probants d’ailleurs.

A l’heure où les stratégies et les positionnements restent encore à définir, nous avons procédé à un petit tour des éditeurs pour récolter leur avis sur le marché local, les obstacles qu’ils identifient et les perspectives qu’ils y décèlent.

Manuels (quasi-)numériques

Ce qui est aujourd’hui qualifié de “manuel numérique” n’en mérite pas forcément le nom. Ou reste très en-deçà de ce que ce support pédagogique devrait être. C’est par exemple la mise en garde qu’émet d’emblée Michel Roiseux, directeur d’édition chez Au Gai Savoir et par ailleurs Président de la section scolaire des éditeurs de Belgique (ADEB).

“Il faut faire très attention dans la dénomination des manuels numériques. J’en vois trois types.

Ceux, les plus faciles à réaliser, qui consistent tout simplement à numériser les fichiers papier. Cela ne coûte rien mais il n’y a aucun enrichissement à en retirer pour les élèves sinon de voir leur page du manuel sur un tableau interactif (TBI) ou une tablette.

Ceux, que l’on appelle “manuels numériques enrichis”, qui disposent bien sûr de la version papier numérisée mais qui, à côté de cela, propose des exercices complémentaires de re-médiation ou de perfectionnement, de la vidéo, la possibilité de modifier les consignes… Bref, qui contiennent vraiment un plus pour les élèves sur chaque page du manuel.

Et ceux, enfin, que l’on nomme également “manuels numériques enrichis”, mais qui ne sont enrichis que par une ligne du temps ou tout autre support complémentaire au manuel. Ici, on ne touche donc pas au manuel mais on propose un matériel en supplément.”

 

Au sommaire de ce mini-dossier:

La Belgique francophone en retard d’une guerre? – Les éditeurs peinent à sortir des starting-blocks créant un décalage entre l’offre de manuels et les méthodes d’apprentissage attendues par les jeunes générations.

Fédé Wallonie-Bruxelles: marché trop exigu? – Le marché scolaire belge francophone est certes restreint mais des solutions existent peut-être pour rentabiliser la mise sur le marché d’“e-manuels”

Edition scolaire numérique: par où commencer? – Par quelles matières, pour quels publics, les éditeurs locaux envisagent-ils de se lancer dans le manuel numérique?

Modèle économique et calendes grecques – La rentabilité du “modèle” numérique n’étant pas pour demain, comment les éditeurs envisagent-ils leurs débuts dans ce registre?

Edition numérique: le rôle des différents acteurs – Le métier d’éditeur serait-il remis en cause par l’émergence de productions personnelles d’enseignants, par exemple? L’auto-édition est-elle possible?

Partager
Acheter ce dossier