Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Unir ses forces dans le secteur des centres de données ?

Tribune
Par Laurens van Reijen · 11/05/2017
Partager

Ces dernières années, j’ai essayé, avec la Dutch Datacenter Association, de créer une Belgian Datacenter Association sous l’une ou l’autre forme. Une association qui défendrait les intérêts des centres de données dans notre pays, qui nous positionnerait sur la carte internationale en raison de la position unique que nous occupons au cœur de l’Europe, à quelques encablures de Londres, Paris et Amsterdam. Une organisation qui veillerait aussi à ce que l’offre du centre de données soit adaptée aux besoins des entreprises et à ce que les données sensibles resteraient en Belgique.

Vous voyez probablement de quoi je parle.

Les Belges ont une brique dans le ventre, mais ils ont aussi un centre de données ou une salle de serveurs dans le ventre. En matière d’outsourcing de centres de données, notre pays doit se trouver tout en bas du classement. Les gens se sentent mal à l’aise si leur serveur ne se trouve pas – pour ainsi dire – dans leur sous-sol. Lorsque j’entends des CIO parler de ce que pense leur management de l’éventuel outsourcing de leur centre de données, j’ai parfois l’impression d’être de retour au Moyen-Âge. Mais il y avait des forteresses à l’époque, et l’électricité n’était pas nécessaire. Aujourd’hui, les besoins des entreprises sont un peu plus sophistiqués et les centres de données ou salles de serveurs internes sont un peu plus vulnérables que l’armurerie d’un château-fort.

Compte tenu de tout ceci, la promotion conjointe des centres de données externes serait un exercice très utile. Si l’association représentait une grande partie du marché, la pression sur les autorités n’en serait que plus grande.

Malheureusement, pour la plupart des entreprises belges de centres de données, la collaboration reste jusqu’à présent un vœu pieux. Elles se limitent à leurs propres défis quotidiens plutôt que d’investir du temps dans la collaboration ou de voir au-delà des frontières nationales.

Il est vrai que je suis Néerlandais. J’ai vu de réels efforts dans ce domaine aux Pays-Bas, et ils portent leurs fruits. Mais en Belgique nous ne sommes encore nulle part… Pourtant, si l’on érigeait une association des centres de données, nous pourrions ensemble influer sur les décisions des autorités et promouvoir le secteur des centres de données. C’est ce que je vise dans un futur proche.

Laurens van Reijen

Managing Director, LCL

Partager

Laisser un commentaire