Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT belge francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Un peu plus de fierté ne nous ferait pas de mal

Tribune
Par Frederik Tibau · 06/03/2017
Partager

On me pose parfois la question: est-ce bien nécessaire d’organiser un événement avec remise d’awards pour des start-ups belges? Mais pourquoi ne le ferions-nous pas? Nous n’avons après tout aucune raison de rougir de nos talents hi-tech… Pourquoi ne pourrions-nous pas être fiers de nos sociétés technologiques, tout comme les Français affichent leur fierté ou les Hollandais leur air hautain?

Pour des raisons dont l’explication nous mènerait trop loin dans le cadre du présent article, nous, les Belges, sommes toujours d’une nature trop modeste. Nous avons même développé un complexe d’infériorité par rapport à nos voisins qui, de leur côté, doivent encore apprendre le sens de la relativité et de la perspective…

L’une des conséquences négatives de notre attitude est que nous éprouvons une certaine gêne face à nos compatriotes qui se distinguent du lot et qui engrangent des succès. Dès l’instant où votre tête dépasse de l’alignement, la première chose qui vous saute aux yeux est la faux.

Nous devons nous défaire le plus vite possible d’une telle attitude, non seulement parce que les individus qui ont l’entrepreneuriat dans le sang et qui désirent arriver à des résultats doivent prendre des risques, mais aussi parce que rien ne justifie que nous soyons à ce point modestes.

Aurions-nous déjà oublié qu’un Belge a été à l’origine du World Wide Web? Sommes-nous vraiment conscients que c’est un compatriote qui, digne d’un scénario de la Silicon Valley, a imaginé Drupal dans sa chambre d’étudiant et a changé le monde grâce à son système de gestion de contenu, allant jusqu’à équiper la Maison Blanche?

Sommes-nous suffisamment fiers du fait que le format JPEG soit une invention belge, que la technologie ADSL est à mettre sur le compte de concitoyens, et que toutes les chaînes de télévision qui utilisent des ralentis le font à l’aide d’un logiciel belge?

Cela nous fait-il plaisir lorsque nous lisons dans le journal que c’est une start-up belge qui a assuré la sécurité de la cérémonie des Oscars à Hollywood ou que les nouveaux cinémas chinois sont équipés de projecteurs belges?

La technologie belge est partout. Nous faisons quasiment armes égales avec la France ou les Pays-Bas. Bloomberg nous classe en 13ème position parmi les économies les plus innovantes au monde. Une place dans les 10 premiers est à notre portée et nous devançons des pays tels que les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et la Chine.

Qui plus est, la Belgique a toujours été une pionnière en matière technologique. Nos artères ont été éclairées et nos citoyens ont eu accès à l’électricité bien longtemps avant que ce ne soit le cas en France ou aux Pays-Bas.

Autre exemple: lorsque nous prenons la voiture, c’est parce qu’un Belge, voici près d’un siècle, a eu l’idée d’inventer le moteur à combustion. Solvay fut l’une des premières multinationales chimiques et pharmaceutiques dignes de ce nom. Et, aujourd’hui encore, nos sociétés biotech sont parmi les meilleures au monde.

Non que tout soit pour autant pour le mieux dans le meilleur des mondes dans notre petit “coeur de l’Europe”. En effet, il est particulièrement difficile, chez nous, de créer une société. Nos start-ups sont confrontées à un marché minuscule et à des coûts salariaux qui sont parmi les plus élevés au monde.

Lorsqu’il s’agit d’enclencher la vitesse “croissance”, il est excessivement difficile de réunir les quelques dizaines de millions d’euros qui sont nécessaires, sans compter que la concurrence est rude sur la scène internationale: une petite erreur ou une collecte de fonds insuffisante et la start-up peut mettre la clé sous la porte avant que l’aventure ait réellement commencé.

Partir à la conquête du monde au départ de la Belgique est plus ardu que si on le fait au départ de la France ou de la Grande-Bretagne. Il faut réellement se battre pour faire ses preuves. Ne pourrait-on pas dès lors mettre sur un piédestal ceux qui y parviennent ou qui sont en bonne voie de le faire? Ne pourrions-nous pas mettre en exergue les “scale-ups” qui, de plus en plus souvent, s’imposent au-delà de nos frontières?

Je voudrais dès lors rompre une lance en faveur d’un regain de fierté pour tout ce que, tous ensemble, nous réalisons dans notre pays, parfois dans des circonstances difficiles. Au-delà de notre modestie quasi légendaire, un petit brin de fierté n’aurait rien d’incongru.

Loin de moi la tentation d’estimer que l’herbe est de facto plus verte ailleurs, de faire assaut de négativisme ou encore de considérer le présent message comme une self fulfilling prophesy. Mieux vaut organiser cette distribution de récompenses à l’occasion du Tech Startup Day et mettre nos talents technologiques à l’honneur. Ce qui me fait penser… avez-vous déjà voté pour ces talents?

Frederik Tibau

content manager

Startups.be

Partager

Laisser un commentaire