Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Codonautes et Codonomes

Tribune
Par Mikael Degeer · 08/06/2018
Partager

On connaît tous la différence entre un astronaute et un astronome. L’astronaute voyage dans l’espace et l’astronome étudie les astres. Ces deux carrières se fondent à la fois sur des savoirs, un savoir-faire et des compétences en commun, mais également sur un ensemble d’éléments spécifiques à chacune d’elles. 

Aujourd’hui, nous sommes tous des astronautes au sein d’un “Nouveau Monde numérique”. Malheureusement, l’école ne nous a pas préparés à nous y épanouir équitablement. Le numérique reste la question des familles et/ou de certains professeurs innovants et incompris surnommés “geeks”, mais certainement pas celle de l’enseignement obligatoire.

Malgré cela, certains d’entre nous sont devenus astronomes (ou, plus communément, informaticiens). Ils ont développé des compétences informatiques, sans pour autant posséder les compétences numériques qu’aurait dû leur fournir l’école. En tant que programmeurs en informatique, par exemple, ils n’ont pas été formés à l’utilisation d’un traitement de texte, d’un tableur ou même à la gestion de leur identité numérique.

Le numérique et l’informatique sont deux ensembles différents qui partagent un espace commun. « L’école a pour mission de former de jeunes citoyens autonomes et responsables. Dans cette perspective, il convient de les former à une responsabilité numérique afin de pouvoir appréhender et comprendre tous les enjeux du numérique, économiques, sociétaux, culturels, techniques, philosophiques, éthiques… Concernant l’informatique, par exemple, il semble important d’évoquer, toujours dans le but d’acquérir une citoyenneté numérique, ce qui concerne les formats, les licences et la compréhension des éléments du code. » (2013, Michel Guillou, culture-numerique.fr)

Il est temps que nos enfants développent leurs compétences numériques à l’école, et que certains, si la passion les anime, développent, en complément, celles qu’ils désirent en informatique. La Commission européenne, propose d’ailleurs 21 compétences numériques regroupées en 5 domaines que devraient maitriser tout citoyen : Information et Littératie, Communication et Collaboration, Création de contenu, Sécurité et santé, et Résolution de problèmes. (DigComp 2.1, The European Commission’s science and knowledge service).

Des acteurs en manque de compréhension?

Si l’école ne s’empare pas immédiatement du numérique comme discipline à part entière, la Belgique risque de faire rapidement partie du tiers-monde numérique. Les enfants qui naissent aujourd’hui risquent non seulement, de devenir des consommateurs dépendants de l’Asie et de l’Amérique, mais aussi de très mauvais acteurs professionnels en manque de compréhension et de maîtrise de leurs outils, de leurs données et de leur identité. 

“Si l’école ne s’empare pas immédiatement du numérique comme discipline à part entière, la Belgique risque de faire rapidement partie du tiers-monde numérique.”

Demandez à vos ados, s’ils utilisent l’Internet. Ils vous diront oui, mais combien sont capables de vous expliquer ce que c’est, comment il fonctionne et comment est gérée sa gouvernance ? 

J’ai peur de l’avenir professionnel et citoyen de nos enfants, vous l’aurez compris, mais aussi de la transformation rapide de l’Internet en Internet-poubelle. Regardez ce que nous avons fait de la télévision. Cet outil aurait pu être l’évolution naturelle du livre ; offrant à son public un savoir augmenté de l’image en mouvement et du son. Mais qu’est-elle devenue ? La télépoubelle ! Celle où nous sommes arrivés à battre de nouveaux records d’audimat avec la dixième saison des Anges de la télé-réalité. J’ai peur pour mon Internet !

De bonnes et de mauvaises nouvelles

Mais rassurez-vous, il y a de bonnes (et de mauvaises) nouvelles :

  • Avec la mise en place du Pacte pour un Enseignement d’Excellence, les premières compétences numériques vont apparaître dans le cursus de nos enfants. (Enfin !)
  • Les premiers à profiter de ce changement seront les élèves de première primaire à l’horizon (je suis optimiste) 2020. Et donc les premiers enfants à quitter le tronc commun avec des compétences numériques le seront, au plus tôt, en 2029. En 2032, les premiers arriveront dans des études supérieures, pour encore quelques années, et certains découvriront le monde du travail. (Personne ne parle des élèves qui sortiront avant. Sommes-nous prêts à accepter de voir, encore durant presque 20 ans, certains analphabètes numériques sortir de nos écoles ? Pour quels emplois seront-ils préparés ?)
  • Être parfois en retard, ça a du bon. L’Europe ne nous a pas attendus pour concevoir son référentiel de compétences qui sert de base au référentiel belge actuellement en création. (Ouf, nous ne réinventons pas la roue, et nous pourrons agir plus rapidement !)

Sommes-nous prêts à accepter de voir, encore durant presque 20 ans, certains analphabètes numériques sortir de nos écoles ? Pour quels emplois seront-ils préparés ?

  • Les enseignants qui devront faire développer des compétences numériques à leurs élèves ne sont actuellement pas formés à ce référentiel, ni durant la formation initiale ni en formation continue. (Enseigner sans avoir soi-même appris la discipline, c’est possible dans un monde utopique, mais selon moi la Fédération Wallonie-Bruxelles ne ressemble pas à ça.)
  • Qui va pouvoir d’ailleurs enseigner cette didactique aux enseignants ? Il n’existe pas de titre requis pour donner ce cours en Haute École, et ce dernier est attribué, le plus souvent, à des professeurs non-experts pour compléter leurs horaires. (Être formé à enseigner le numérique à ses élèves, par des formateurs eux-mêmes non formés, ça promet !)
  • De toute façon, aucun titre n’existe. Personne en Belgique ne forme, ce que l’on appelle des technopédagogues. (Le titre de nos amis français n’est d’ailleurs pas reconnu ici.)

Il est temps d’agir ! Intégrons, le plus rapidement possible, les compétences numériques dans le cursus scolaire de l’école obligatoire. Ne faisons pas de chacun de nos enfants des informaticiens, mais offrons-leur la possibilité de choisir leur avenir en ayant toutes les cartes en main. Les élèves doivent rester libres de choisir l’implication du numérique dans leur vie quotidienne et citoyenne, une fois adultes, mais pour cela ils ne peuvent plus ignorer les enjeux de leurs choix. 

Tous concernés…

Exigeons que la formation initiale des enseignants mette en place des conditions favorables à l’application sur le terrain du futur référentiel. Un titre requis, la reconnaissance du numérique comme discipline et un curriculum de formation ne seront pas suffisants. Il est nécessaire que les Universités et Hautes Écoles, qui travaillent actuellement à la réforme de leur formation, préparent ce changement de façon systémique, en pensant à la fois à leurs infrastructures, leur formation, leur personnel… et au futur métier de leurs étudiants.

Source: Technopedagogie101.com.

Obligeons les différents acteurs de l’enseignement à se former, mais pour cela demandons d’abord le développement d’une réelle formation de formateurs en technopédagogie et arrêtons de sous-estimer cette discipline et son importance auprès de nos enfants… 

Mais si en attendant, vous êtes, comme moi, un parent inquiet, suivez ce simple conseil : prenez le temps d’intégrer la question du numérique lors de certains repas en famille. Discutez de ce que chacun d’entre vous a fait récemment sur Internet (par exemple) et soyez l’accompagnateur du développement personnel, professionnel, citoyen et éthique de vos enfants. 

L’école, c’est promis, aidera un jour nos enfants à devenir astronautes. Certains passionnés deviendront même des astronomes après y avoir découvert les prémisses du monde numérique. Mais pour y arriver, l’école ne doit pas oublier qu’il lui faut agir vite en “visant la lune pour atteindre les étoiles” (Oscar Wilde).

Mikaël Degeer

Digital Wallonia Champion ; Expert en compétences numériques
désigné par le Gouvernement de la FWB ; 
Technopédagogue à HELMo et à la HE2B

Partager

3 commentaires

  1. En effet, Mikaël, le tiers-monde numérique est dans nos murs …
    Ayons ensemble une vision du travail astronomique qu’il faut faire et développons dans nos longues vues les compétences numériques…

  2. Rétroliens : Cartes Blanches sur le thème de l’enseignement des compétences numériques • Regional-IT · Toute l'information sur les startups et les TICs en région Wallonie-Bruxelles

  3. Cayphas Philippe

    Le Pacte d’Excellence ne règlera rien, bien au contraire ! Il augmentera la dualité digitale. Ni Budget, ni formation, ni meme volonté. C’est du meme acabit que « tous bilingues en l’an 2000 ! C’est le secteur privé qui amènera la solution, au préjudice des plus faibles. On en reparle ne fut-ce que dans 5 ans ? Ph Cayphas, AESS Informatique.

Laisser un commentaire