Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

SkalUP: une Intelligence Artificielle en support au développement de l’industrie 4.0

Portrait
Par Delphine Jenart · 28/01/2020
Partager

Fondée en 2015, SkalUP est une émanation du laboratoire Precise spécialisé dans l’ingénierie des systèmes d’information de la Faculté d’informatique de l’UNamur.

La recherche est constitutive de l’adn de SkalUP: avec quatre développeurs et Claire Deventer, qui fait office business/marketing manager (réalisant actuellement une thèse sur l’impact des nouvelles technologies en IA sur les clients), la spin-off est impliquée dans plusieurs projets de recherche, notamment “Digitrans” emmené par Alstom dans le domaine de la signalisation ferroviaire (déploiement d’objets connectés, hautement configurables – un projet doublé et labellisé par le pôle de compétitivité Logistics in Wallonia).

Parmi ses spécialités: les technologies d’intelligence artificielle en support au déploiement de “l’industrie 4.0”.

Le fondateur de SkalUP, Patrick Heymans, par ailleurs professeur en ingénierie logicielle à l’UNamur, situe le point de départ de la spin-off: “Aujourd’hui, l’e-commerce s’est généralisé et offre à l’utilisateur un confort et une ergonomie de plus en plus demandés dans l’e-commerce B2B. SkalUP propose un moteur d’intelligence artificielle utile permettant de vendre plus facilement en-ligne des produits complexes.” Des produits que l’on retrouve par exemple dans le secteur manufacturing.

“L’un de nos principaux clients est un fabricant spécialisé dans les solutions de stockage industriel. Un bureau d’étude fait des devis à longueur de journée. Chaque demande de devis est traitée par une personne, ce qui peut demander de 15 minutes à plusieurs jours. Une activité chronophage pour, au final, n’engranger qu’une commande qui correspond à une petite partie de l’offre”, poursuit Patrick Heymans.

La rédaction de devis: un travail d’expert, mais dont un bon pourcentage devient aujourd’hui automatisable. La plus-value de la jeune pousse est de fournir des experts virtuels, disponibles 24 heures sur 24, pour produire des devis en temps réel, plus précis et plus corrects que le devis fait par l’humain. “Notre moteur offre la possibilité d’optimiser les offres selon une multitude de critères (client ou fournisseur), de comparer plusieurs alternatives de devis. L’IA peut “deviner” et suggérer des options de finition, des alternatives plus économiques, des modes de livraison, des produits complémentaires, ce qu’on appelle le “cross-selling”.

A la question de l’automatisation destructrice d’emplois, l’équipe de SkalUP répond qu’“aucun client n’a jamais dû licencier des collaborateurs car si 80% des devis sont automatisables, il reste 20% de demandes plus spécifiques où une intervention humaine est nécessaire. Les jobs deviennent moins routiniers, la valeur ajoutée de l’humain est utilisée sur les cas les plus complexes.”

La technologie de SkalUP n’est pas exclusivement vendue dans le domaine industriel, elle  vient aussi en support à des activités de conseils, pour personnaliser des conseils juridiques, des contrats d’assurance…

Le motto de la jeune société namuroise? “Knowledge inside”. Référence faite au type d’IA utilisée. “Contrairement à un langage de programmation classique, l’IA symbolique sur laquelle nous basons notre technologie est capable de mettre de la connaissance métier à la portée des experts métiers. Les collaborateurs restent maîtres du logiciel, peuvent contrôler ce qui s’y fait. Ils peuvent comprendre pourquoi telle ou telle solution est proposée. Nous proposons une IA plus contrôlable.” Patrick Heymans souligne par ailleurs l’importance que revêt la confiance du consommateur, placée au coeur du business de SkalUP.

TIC et ICC, le co-design en dénominateur commun

Pour tenir le challenge de l’industrie 4.0 qui s’appuie sur la personnalisation du service à échelle industrielle, il faut jouer la carte de la coopération. Les solutions logicielles proposées par SkalUP s’inscrivent dans cette logique de co-création avec le client qui révolutionne le marché de l’e-commerce et de l’industrie.

“L’industrie 4.0, c’est l’ère de la customisation de masse: au plus près du besoin du client, au plus pertinent. Qui dit customisation dit co-design: le client va pouvoir lui-même choisir des caractéristiques pour personnaliser son produit”, commente Claire Deventer.

La co-création est un nouveau schéma de travail qui demande de l’interactivité, de la coopération et qui, en quelque sortes, repose sur une nouvelle culture de travail. Celle qui est justement proposée au Trakk.

De quoi permettre à SkalUP de continuer à tisser le réseau autour du Trakk, d’encourager les coopérations, de mettre en commun expertises et profils variés ayant pour dénominateurs communs innovation et créativité, que ce soit dans le champ de l’ICT ou des ICC.

Partager

1 commentaire

  1. Le Trakk 2ème génération: “place to be” pour les entrepreneurs et acteurs de la formation IT? • Regional-IT · Toute l'information sur les startups et les TICs en région Wallonie-Bruxelles

    […] rencontrent des défis similaires est un argument qui a fini de convaincre le management de SkalUP. Lire le petit article-portrait que nous consacrons à cette […]

Laisser un commentaire