Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

La révolution bancaire ne viendra (probablement) pas des fintechs (troisième partie)

Hors-cadre
Par Carl-Alexandre Robyn · 26/04/2017
Partager

La révolution bancaire à venir ne sera (probablement) pas le fait des fintechs.

Bien sûr, bon nombre de banques traditionnelles disparaîtront parce qu’elles n’auront pas été capables de bien manœuvrer pour éviter de se prendre la vague digitale de plein fouet. Leur management, encore coincé dans le passé, n’ayant pas le courage de cannibaliser leur propre marché, peut-être pour ne pas avoir à licencier les employés devenus redondants à cause de l’utilisation d’une nouvelle technologie… Cependant, cela ne veut pas dire que la révolution bancaire espérée n’aura pas lieu.

Elle finira bien par arriver. Mais, paradoxalement, elle ne sera pas entamée par les fintechs mais plutôt par des mastodontes qui dominent déjà le monde de la technologie digitale. En effet, il est plus que probable que les géants du numérique finiront par trouver un moyen de s’appuyer sur leurs gigantesques bases de données et leurs montagnes de liquidités pour conquérir le marché des paiements ou des finances personnelles.

La mine d’or des relations ordinaires

Avec la montée en puissance du digital, un des grands objectifs des entreprises en relation avec des consommateurs consiste à entretenir des contacts quotidiens avec leurs clients, pour cumuler des données et ne pas risquer d’être désintermédié. Or, les transactions bancaires représentent le seul domaine de la vie quotidienne qui n’a pas encore été préempté par les grands acteurs d’Internet. Toutes les grandes entreprises “BtoC” (business to consumer) ont donc potentiellement intérêt à se positionner en intermédiaire bancaire pour capter les transactions, et certains vont le faire.

C’est pourquoi, à terme, Facebook, Google ou Apple seront vraisemblablement les véritables “disrupteurs” du monde bancaire. Apple a ainsi lancé son service de paiement mobile Apple Pay, et le réseau social Facebook a obtenu, en octobre 2016, un agrément de prestataire de paiement et d’émetteur de monnaie électronique en Irlande lui permettant d’opérer des paiements et de gérer des portefeuilles électroniques dans l’ensemble des pays de l’Union européenne.

“Il est plus que probable que les géants du numérique finiront par trouver un moyen de s’appuyer sur leurs gigantesques bases de données et leurs montagnes de liquidités pour conquérir le marché des paiements ou des finances personnelles.”

Sans oublier les opérateurs télécoms qui eux aussi sont sur les rangs. Cela a commencé avec Orange Bank, mais il y a fort à parier qu’il y aura très vite SFR Banque, Free Banque, etc.

En Autriche, avec son service PayBox, A1, l’opérateur historique local, est devenu une banque.

Les colosses de la distribution se profilent également comme des “éclateurs” potentiels de la profession bancaire: Carrefour vient de lancer le compte courant C-zam, assorti d’une carte internationale Mastercard…

Pour l’instant, le nouveau concurrent que toutes les banques françaises et belges guettent avec inquiétude s’appelle Orange Bank. À la mi-mai, l’opérateur de télécommunications Orange démarrera une activité bancaire avec une force de frappe inédite pour un “nouvel entrant” : de gros moyens, une marque mondialement connue, un réseau de boutiques et, surtout, un vaste fichier clients, compte tenu de sa base de 27 millions de clients mobiles et de 10 millions de clients haut débit.

De mémoire de banquier, aucune autre initiative n’a ainsi été en mesure de bouleverser le paysage bancaire français depuis de longues années.

L’opérateur s’est déjà fait la main dans les services financiers en Afrique, où son service de paiement Orange Money comptait, fin décembre, quelque 29 millions de clients et affichait un chiffre d’affaires en hausse de 58% sur un an.

D’autres ont mené des expériences encore plus prometteuses : au Kenya, Vodafone engendre 26% de son chiffre d’affaires grâce à son service bancaire M-Pesa, qui revendique 17,6 millions d’utilisateurs pour 26,6 millions de clients mobile.

Des services “nouvelle vague”

Orange Bank va tenter de se différencier avec une offre à la fois bon marché et avant-gardiste. Elle proposera un système de paiement mobile compatible avec Apple Pay, s’appuiera sur le système d’intelligence artificielle IBM Watson, aura recours aux “chatbots”, ces robots logiciels qui dialoguent avec les clients en “langage naturel”, nouera des partenariats avec une quarantaine de start-ups et disposera d’un agrégateur, l’outil en vogue qui permet de gérer plusieurs comptes sur l’écran de son smartphone.

Face à l’appétit grandissant de ces acteurs non bancaires, qui entendent prospérer dans un marché déjà saturé, les banques vont devoir se battre. Leur point fort est d’avoir gagné pied à pied la confiance des usagers au cours de leur existence. Mais elles n’en ont plus l’apanage. Selon l’Observatoire BVA [institut d’études de marché] 2016 de l’image des banques, de plus en plus de Français sont ouverts à l’idée de confier leur argent et leurs opérations à des acteurs non bancaires.

Les clients sont ainsi prêts à ouvrir un compte dans un supermarché (26% des personnes interrogées), dans un bureau de tabac (24%) ou auprès d’un fournisseur d’accès à Internet (26% pour les 18-34 ans). Près d’un jeune sur cinq pourrait même ouvrir un compte via un réseau social. [Source : Dossier “Banques en ligne: acte II” dans Le Monde du 4 avril 2017]

Les banques sont au milieu du gué. Pour ne pas être dépassées et dépossédées de leur clientèle, elles doivent inventer l’étape d’après. Il faut qu’elles aillent aux frontières de la banque actuelle pour apporter une assistance au quotidien: par exemple, grâce aux data, indiquer au client qu’il paye plusieurs assurances qui couvrent des risques identiques, ou qu’il pourrait faire des économies sur sa facture d’électricité…

Carl-Alexandre Robyn

Startup Financial Architect

Associé-fondateur du Cabinet Valoro

Relire les deux premiers volets de cette analyse:

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?