Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Les bonnes pratiques de cyber-sécurité pour protéger les enfants et familles

Hors-cadre
Par Renee Tarun (Fortinet) · 15/12/2021
Partager

C’est une réalité: les enfants et les familles passent toujours plus de temps en-ligne. Internet est, certes, une vraie ressource pour les enfants, pour lesquels les contenus éducatifs, les divertissements et les moyens de garder le contact avec les amis sont à portée de clic.

Mais, revers de la médaille, Internet est également un terrain propice au cyber-harcèlement, aux contenus malveillants et aux personnes mal intentionnées qui ciblent les enfants et les familles, pour diverses finalités – du vol d’identité aux activités cyber-criminelles. Dès lors, tout comme le port d’un casque à moto ou de la ceinture de sécurité en voiture, nous avons besoin de bonnes pratiques pour protéger nos activités en-ligne.

Cinq mesures pour protéger les enfants en-ligne

Parents, accompagnants et enseignants, voici quelques conseils de Fortinet, valables à tous les âges mais à partager plus particulièrement avec les enfants pour assurer leur sécurité en-ligne.

  1. Protection des informations personnelles: il s’agit, pour les enfants, de ne jamais divulguer leur identité, adresse, numéro de téléphone, ou encore l’école qu’ils fréquentent ou leurs photos, sans l’aval des parents. Car une fois qu’une information personnelle se retrouve en-ligne, elle est accessible à tous et il devient bien difficile de la supprimer. Gardez à l’esprit que vous ne savez pas forcément avec qui vous communiquez lorsque vous êtes en-ligne. Il est dès lors hors de question de rencontrer de visu une personne croisée en-ligne.
  2. Attention aux sites Internet consultés: soyez vigilant lorsque vous surfez sur des sites offrant des jeux, de la musique gratuite et autres produits. Ces sites, susceptibles d’être malveillants, cherchent parfois à détourner vos données personnelles à partir de votre appareil, voire à activer votre caméra à votre insu !
  3. Ne pas ouvrir de liens ou de fichiers joints suspects: ces éléments sont susceptibles de contenir des éléments malveillants. Vous pouvez vous former pour mieux comprendre les caractéristiques d’un lien ou d’un fichier malveillant.
  4. Assurez les mises à jour des appareils: les dispositifs utilisés pour se connecter à Internet doivent disposer des logiciels et patchs de sécurité les plus récents. Il s’agit également de mettre en œuvre de bonnes pratiques, comme utiliser des mots de passe forts, difficiles à pirater.
  5. Ne surtout pas répondre à des messages en-ligne nuisibles ou blessants: le comportement bienveillant de chacun est nécessaire en-ligne. En cas d’expérience perturbante, les enfants doivent en parler à leur parent ou à un adulte de confiance. 

Définir des limites

En tant que maman de deux jeunes enfants, je me rends compte de l’importance d’assurer la sécurité des enfants où qu’ils se trouvent, même en-ligne. Voici quelques recommandations aux parents qui souhaitent protéger leurs enfants.

Renee Tarun est la co-autrice d’un livre intitulé “Cyber Safe: A Dog’s Guide to Internet Security” destiné à informer les plus jeunes et leurs familles sur les dangers d’Internet et la manière de s’en protéger.
Le héros, comme le titre l’indique, est une… chienne, prénommée Lacey, flanquée d’un petit copain chat, Gabbi. Du genre super-héros qui enseignent quelques trucs et astuces aux enfants.

En tout premier lieu, faites part de vos attentes à vos enfants. Pensez à définir des limites avec des règles précisant le temps qu’ils sont autorisés à passer en-ligne, les sites qu’ils peuvent consulter, les logiciels autorisés ainsi que les tâches et activités permises, compte tenu des connaissances et de la maturité de chaque enfant.

Les bonnes pratiques ne s’arrêtent pas là. Les ordinateurs doivent être présents dans un espace ouvert (salon, cuisine, etc.) pour que vous puissiez voir ce qui se passe et intervenir lorsque nécessaire. 

En outre, les fournisseurs d’accès Internet (FAI) offrent un contrôle parental, parfois gratuitement, conçu sur-mesure pour protéger les enfants en-ligne, restreindre l’accès à certains sites et outils de communication (courriel, chat). Ces restrictions peuvent s’appliquer selon des critères d’âge, de contenus, d’horaires définis et de catégorie de sites Internet.

Renseignez-vous auprès de votre FAI sur la disponibilité d’un tel contrôle parental.

Certaines fonctions de contrôle parental peuvent également être définies à partir du navigateur Internet en interdisant ou en autorisant la consultation de certains sites Web. Ces paramètres peuvent être protégés par mot de passe. Vous pouvez aussi installer des logiciels pour déployer une couche supplémentaire de protection basée sur le monitoring, le filtrage et la restriction d’accès à des sites malveillants.

Par ailleurs, il est essentiel pour chaque parent de savoir ce que leur enfant fait sur son ordinateur. S’il utilise l’e-mail, la messagerie instantanée ou les salles de chat, inquiétez-vous de savoir avec qui il communique et s’il connaît ses interlocuteurs. Vérifiez également les paramètres de confidentialité sur les réseaux sociaux pour empêcher tout étranger d’accéder à ses informations personnelles. Ces paramètres doivent être configurés de manière appropriée par défaut. 

Sensibilisez avant tout

Vous devez sensibiliser votre famille aux risques que représentent les sites Web piratés ou malveillants, ainsi qu’aux e-mails frauduleux. Sensibilisez vos enfants pour qu’ils comprennent pourquoi il est essentiel de ne jamais cliquer sur un lien suspect ou un fichier joint inattendu. Enfin, incitez vos enfants à venir vous consulter pour toute question ou préoccupation qu’ils auraient lorsqu’ils croisent un contenu susceptible de les perturber, sur un site Internet, dans un e-mail ou dans un chat. Le conseil le plus important que je puisse donner est donc le suivant: sensibilisez avant tout. 

Renee Tarun
directrice adjointe CISO, vice-présidente
Information Security, Fortinet

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?