Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Cyber-intimidation: ce que les écoles et les enseignants peuvent faire

Hors-cadre
Par Cecilia Pastorino (ESET) · 06/09/2019
Partager

Document ESET

De nos jours, Internet fait partie intégrante de la vie quotidienne de la population et les enfants ne font pas exception. Malgré tous ses avantages, l’évolution technologique a aussi apporté, ou amplifié, certains problèmes.

La cyber-intimidation est une des menaces les plus répandues auxquelles les jeunes font face en-ligne. Lorsqu’un enfant commence à être victime d’intimidation à l’école, le harcèlement se poursuit habituellement sur les réseaux sociaux, les applications de messagerie et ailleurs sur Internet. Les établissements scolaires peuvent estimer que les questions relatives au monde numérique ne relèvent pas de la scolarisation ou qu’elles ne méritent pas d’être examinées de près.

Cependant, les abus et le harcèlement en-ligne ont souvent un impact plus important sur les victimes que l’intimidation physique, faite de visu. Ils peuvent pourtant être ignorés jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Il est important de noter que sur Internet, tout peut devenir plus puissant. Un message sur les médias sociaux peut atteindre des centaines, voire des milliers de personnes, en quelques minutes et, avant qu’on ne s’en rende compte, toutes ces personnes peuvent parler et exprimer leurs opinions sur le message ou l’image.

L’impact d’un contenu abusif sur la victime est amplifié à mesure qu’augmente le nombre de personnes qui voient, aiment, partagent ou commentent l’article. En effet, si le contenu est devenu viral, il est impossible de l’arrêter ou de le supprimer, même si les agresseurs peuvent en venir à regretter leurs actions.

Dans le même ordre d’idées, la réduction de l’inhibition que peuvent procurer les écrans et les réseaux sociaux en raison du sentiment d’anonymat qu’ils procurent, peut amener de nombreux enfants à se sentir à l’aise pour dire et faire dans le monde numérique des choses qu’ils ne feraient jamais dans le monde physique.

Quatre conseils

Dans ce contexte et pour encourager une approche proactive dans la lutte contre la cyber-intimidation et d’autres types de harcèlement en-ligne, voici quatre principes que chaque école et chaque enseignant peuvent appliquer afin de lutter contre ce problème.

1. Éduquer les élèves pour former de bons citoyens numériques

Puisque le monde numérique fait partie de notre vie réelle, les règles qui s’appliquent sur Internet devraient être les mêmes que celles que nous connaissons déjà dans le monde physique. Lorsqu’on enseigne aux enfants le respect et les conventions sociales, il est important d’inclure le domaine numérique et de s’assurer qu’on leur apprend aussi à se comporter et à communiquer par les médias numériques.

Des sujets comme l’éducation civique et la citoyenneté devraient dépasser les frontières traditionnelles pour toucher également à l’éthique, à la morale et au respect dans le monde numérique.

“Lorsqu’on enseigne aux enfants le respect et les conventions sociales, il est important d’inclure le domaine numérique et de leur apprendre aussi à se comporter et à communiquer par les médias numériques.”

 

Les exercices et les activités d’équipe sont un autre moyen puissant de faire en sorte que les groupes d’individus ne fassent qu’un. Le but de ces activités est d’amener tous les membres de la classe à travailler ensemble vers un but commun, en utilisant toutes leurs forces individuelles et en valorisant les capacités de chaque personne à accomplir une tâche.

2. Préférer la sensibilisation aux interdictions

La prise de conscience est très puissante, notamment parce qu’elle modifie les perceptions sociales. Plutôt que de créer une panique à propos de l’utilisation de la technologie ou de répandre des malentendus, la prise de conscience permet l’émergence d’une atmosphère positive.

A visionner – et relayer – par ailleurs cette vidéo québécoise produite par la chaîne YouTube de l’Espace Conseils FGA à propos de la cyber-intimidation – ce que c’est, comment (ré)agir…

Elle a été produite par Carrefour FGA, un groupement de sites québécois dédiés à la formation générale des adultes (FGA), en collaboration notamment avec le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

De nombreuses écoles choisissent d’interdire l’utilisation de la technologie, ce qui peut se retourner contre les élèves et les étudiants qui utiliseront leur téléphone à la sauvette. Les jeunes s’identifient à la technologie et l’adaptent à leur vie quotidienne.

C’est pourquoi il est important de montrer aux élèves comment ils peuvent utiliser la technologie pour le bien commun, pour partager des connaissances ou pour se soutenir mutuellement. En introduisant la technologie en classe, les enseignants peuvent se concentrer sur leur utilisation éthique.

3. Faire preuve de solidarité collective dans le signalement de la cyber-intimidation

Un rapport de l’initiative [américaine] Safe2Tell a révélé que, dans 81% des cas d’intimidation à l’école, un groupe d’élèves aurait été mis au courant de l’agression mais aurait décidé de ne pas la signaler.

Dans la plupart des cas, le silence est principalement dû à la peur de devenir la prochaine victime ou d’être puni par des adultes. Dans de telles situations, les enfants ont besoin de savoir que le problème n’est pas la technologie, mais plutôt les gens qui l’utilisent à de mauvaises fins. La promotion d’un dialogue fluide et d’un espace d’écoute contribue également à ce que les enfants sachent à qui s’adresser s’ils sont confrontés à un comportement abusif.

“Les enfants ont besoin de savoir que le problème n’est pas la technologie, mais plutôt les gens qui l’utilisent à de mauvaises fins.”

 

Les abus en-ligne peuvent, et devraient, être signalés sur les plates-formes elles-mêmes. Tous les réseaux sociaux ont la possibilité de signaler les messages, les commentaires et même les profils qui blessent ou harcèlent quelqu’un. C’est le seul moyen d’éliminer les contenus abusifs sur les réseaux sociaux. En effet, après un certain nombre de signalements, le message ou le profil est supprimé. Ces rapports sont totalement anonymes, il n’y a donc pas lieu de craindre des représailles.

4. Etablir le dialogue: à la base de tout soutien

Les élèves doivent savoir à qui ils peuvent s’adresser avant qu’un problème ne survienne. Et ici, la confiance est la clé pour ouvrir le dialogue.

Un sondage récent (dont vous pouvez consulter les détails ici, en langue espagnole) a révélé que 25% des enfants et des adolescents croient que leurs aînés en savent moins qu’eux sur la technologie.

Cette perception leur donne l’impression que leurs problèmes en-ligne sont minimisés et incompris. 

“Il est essentiel de briser le silence autour de l’intimidation et de la cyber-intimidation, en parlant des cas d’abus numériques et des solutions à apporter.”

 

Ce qui se passe sur Internet est considéré par les enfants comme très grave. Leurs identités numériques sont essentiellement les mêmes pour eux que leurs identités réelles. Pour cette raison, si un élève a un problème en-ligne et s’adresse à un enseignant ou à un autre adulte responsable, l’enseignant doit le prendre autant au sérieux qu’un problème réel similaire et doit chercher les ressources nécessaires pour y faire face.

Il est important de se rappeler que même si les jeunes en savent beaucoup sur la façon dont la technologie est utilisée et comment elle fonctionne, les adultes ont davantage d’expérience de la vie réelle.

Dans cette optique, l’exploration de sujets tels que les risques technologiques, la sécurité sur Internet et les comportements en-ligne appropriés sont essentiels pour encourager le dialogue.

Il est essentiel de briser le silence autour de l’intimidation et de la cyber-intimidation, en parlant des cas d’abus numériques et des solutions à apporter. Ce faisant, les enseignants doivent agir avec clarté et empathie, tout en communiquant ouvertement avec leurs élèves.

Auteur: Cecilia Pastorino
chercheuse en sécurité chez ESET

Partager

Laisser un commentaire