Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

EduCode: naissance d’une association, avant trois jours de code à Bozar et à l’Académie

Article
Par Jean-Luc Manise, Brigitte Doucet · 09/02/2018
Partager

Du 27 au 29 août prochains se déroulera à Bruxelles une conférence EduCode, un événement dédié et animé par le monde de l’enseignement. Fil rouge: réfléchir, s’informer et se former à la pensée informatique et à la programmation en classe.

Pour l’organiser, mais aussi dans une perspective de travail de fond sur le long terme, une association, elle aussi baptisée EduCode, verra le jour en ce début février. Elle aura vocation à promouvoir l’éducation et la formation à l’usage réfléchi du numérique. “Et cela passe par l’accès au code source et par l’usage des licences libres, sans oublier bien sûr la protection des données personnelles et de la vie privée”, souligne Nicolas Pettiaux, maître-assistant à l’Ecole supérieure d’Informatique de la Haute école de Bruxelles, initiateur de la conférence EduCode, en collaboration avec Julie Henry, assistante et doctorante en informatique à l’UNamur.

“Nous espérons que les professeurs, les directions, les écoles, les associations, les élèves, les étudiants et leurs parents en deviennent membres. Nous espérons également conclure des partenariats constructifs avec toutes les associations amies comme la Free Software Foundation,  l’April [Ndlr: association française de promotion de la diffusion du logiciel libre et des normes ouvertes], Abelli [Ndlr: association promouvant les alternatives libres] ou BxLUG [groupe d’utilisateurs GNU/Linux bruxellois].

Pacte d’excellence et numérique

« Nous souhaitons mettre au service du Pacte d’excellence notre connaissance des acteurs et leur capacité d’organisation de rencontres entres professionnels d’horizons divers.

Le Pacte prévoit que tous les établissements scolaires établissent un plan de pilotage du numérique dans les trois ans qui viennent: un tiers cette année, un tiers en 2019, un tiers en 2020. Or, de nombreux directeurs d’école ne savent pas quoi y mettre. Nous allons proposer de les guider, avec des conférences spéciales et des services proposés par des associations spécialisées dans le code et le numérique.”

Une conférence pour réfléchir à la “pensée informatique”

La conférence internationale Educode, planifiée pour les 27, 28 et 29 août prochains, se donner pour objectif de rassembler quelque 2000 participants issus du monde de l’enseignement “pour réfléchir, s’informer et se former à la pensée informatique et à la programmation en classe.”

Elle a d’ores et déjà reçu le soutien de diverses universités belges et des pouvoirs publics (Région wallonne, Fédération, Digital Wallonia) mais aussi de grandes sociétés, telles qu’IBM et Capgemini. Sans parler d’un sponsor dont Nicolas Pettiaux est plus particulièrement fier puisqu’il s’agit ni plus ni moins de l’Unesco. “Cela donne une réelle dimension internationale à un événement que nous voulons développer et amplifier au cours des prochaines années.”

Nicolas Pettiaux: “L’Unesco est le soutien dont je suis le plus fier. Cela donne une réelle dimension internationale à un événement que nous voulons développer et amplifier au cours des prochaines années.”

Durant ces trois journées, qui se tiendront à Bozar et à l’Académie royale, les professeurs, directeurs d’écoles, parents et étudiants, chercheurs et toute personne intéressée par l’enseignement et le numérique sont invitées à réfléchir à l’usage du numérique dans l’enseignement.

L’événement combinera conférences, ateliers pratiques et présentation, le tout assuré par des représentants de diverses sociétés spécialisées et des associations actives dans l’utilisation des technologies ICT à l’école. Parmi elles: KodoWallonie, Devoxx4kids, SiCarré (Sciences Informatiques pour le Secondaire Inférieur), La main à la pâte [Ndlr: fondation française créée en 2011 par l’Académie des sciences, les Ecoles normales supérieures de Paris et de Lyon, qui se définit comme “un laboratoire d’idées et de pratiques innovantes cherchant à améliorer la qualité de l’enseignement des sciences à l’école et au collège”], la Scientothèque, l’Expérimentarium de l’ULB ou encore Molengeek.

Parmi les partenaires du projet: UMons, ULB, ULg, UCL, UNamur, UGent, la Fédération Wallonie Bruxelles, Digital Wallonia, IBM, Capgemini, Emakina, Visit Brussels, l’Unesco.

60 ateliers et des orateurs-vedette

En tout, 60 ateliers seront organisés à l’École Supérieure d’Informatique à l’intention des professeurs de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur. Ils porteront sur le codage et l’utilisation de l’informatique en classe, sur desktops et smartphones.

Une des conférences plénières du lundi 27 août sera assurée par François Elie, professeur de philosophie, président d’Adullact. Son intervention, intitulée “Hacker l’éducation: programmer ou être programmé” invite à une réflexion sur les rôles de l’école, des enseignants et des enfants.

Pour les professeurs de physique, chimie et biologie, Jithin Bp, de l’IISER (Indian Institute of Science Education & Research) viendra d’Inde parler et animer des ateliers autour de la solution ExpEyes qui sera proposée à la vente. ExpEyes, issu du projet Phoenix de l’ Inter-University Accelerator Centre de New Delhi, est un framework mi-matériel mi-logiciel destiné à faciliter le développement d’expériences et de projets scientifiques.

Autre intervenant international, Bibiana Boccolini, spécialiste en Consultation didactique et Intervention éducative, viendra d’Argentine pour aborder la question du “logiciel libre comme moteur des politiques d’inclusion numérique éducative en Argentine”. Mais l’intervenant le plus particulier est sans doute, s’il confirme sa venue, l’astronaute français Thomas Pesquet, qui devrait assurer le 28 août, à 19 heures, une conférence sur les expériences menées par l’ESA avec les étudiants européens.

Partager

Laisser un commentaire